Mélanie s’est faufilée dans la salle de repos, une épaisse liasse de billets à la main provenant de ses pourboires de la journée. Elle a vu Thierry, le nouveau cuisinier, assis à la table en train de fumer une cigarette.

“Salut Thierry, comment ça va”, a-t-elle demandé en comptant son argent pour les pourboires.

“Pas très bien. Je ne pense pas que je vais pouvoir payer mon loyer ce mois-ci. Ce boulot minable ne me rapporte que dalle.”

“Ah un autre employé surmené et sous-payé.” Elle a plaisanté.

“Je dois faire quelque chose pour être payée ou mon cul est à la rue.”

Depuis qu’il avait commencé à travailler sur la ligne du cuisinier, Thierry s’était révélé être un cuisinier compétent bien que bouillant. Salées dans ses conversations avec les serveurs étaient les habituelles insinuations fortement sexuelles mais pleines d’esprit. Elle a remarqué la façon dont il la regardait habituellement, ses seins et son cul lorsqu’elle se promenait dans le magasin, et en a été flattée. Aujourd’hui, elle a remarqué que ce n’était pas son décolleté, mais le vert dans sa main qui attirait son regard.

Thierry a vu qu’elle le regardait derrière des yeux verts. Elle a vu le regard de l’avidité motivée par le besoin sur son visage désespéré et a eu honte. Il a tenté une blague rapide mais elle est tombée à plat. Incontrôlablement, ses yeux ont suivi la liasse de billets pendant qu’elle la rangeait dans son tablier. Si seulement il avait cent dollars, il pourrait peut-être garder son appartement jusqu’à ce qu’il puisse obtenir le reste de son loyer.

“Quand dois-tu remettre l’argent à ta propriétaire ?”, a-t-elle demandé.

“J’ai jusqu’à vendredi, pourquoi ?” Il a allumé une Virginia Slim empruntée et a soufflé un jet de fumée régulier sur la tête auburn de Mel.

“Je demande juste. Je pourrais peut-être faire quelque chose pour t’aider. Mais je devrais d’abord en parler à mon petit ami”, a-t-elle haussé les épaules. La lueur d’une idée clignotait dans sa tête. Il y avait quelque chose qu’elle avait toujours voulu. Peut-être que cela lui donnerait une nouvelle opportunité.

“Je ne pourrais pas t’emprunter l’argent, Mel”, a-t-il protesté, mais il espérait qu’elle le pousserait à le prendre. Il avait déjà été sans abri une fois, mais il avait au moins eu une voiture à l’époque. Maintenant, il n’avait même pas de sac de couchage. À moins de frapper quelqu’un à la tête, il n’avait aucun moyen rapide de se procurer de l’argent. Il avait brûlé tous ses ponts avec sa famille alors ils n’étaient pas d’humeur à l’aider.

“Et je ne pensais pas te le prêter”, dit-elle en riant. “Mais il y a peut-être quelque chose que tu pourrais faire pour que nous te payions quelque chose. Laisse-moi parler à mon vieux père ce soir et je te le ferai savoir demain.”

“Hé Derrick, dit-elle quand l’un des serveurs entre dans la salle de repos avec une assiette. “Assieds-toi ici, j’allais justement pointer.” Elle s’est levée, a salué Thierry et a quitté la pièce d’un coup de baguette magique. “A demain”.

Le lendemain, le restaurant était en ébullition. Thierry et les autres cuisiniers n’avaient pas le temps de s’amuser avec les serveurs. Une occasion de dire autre chose que bonjour à Mélanie lui a échappé toute la soirée. Juste avant la fermeture, elle s’est approchée de lui, un sourire aux lèvres.

“Eh bien, c’était une sacrée bonne soirée”, a-t-elle dit en agitant sa grosse liasse de billets verts devant lui. “As-tu réussi à obtenir l’argent pour ton loyer ?”

Sa mâchoire s’est serrée. Il se sentait comme un chien affamé avec elle qui agitait cet argent devant lui. “J’ai mis au clou ce que je pouvais mettre au clou mais je n’ai pas réussi à en obtenir assez.”

“Eh bien”, a-t-elle souri. “Je pourrai peut-être t’aider si tu es prêt à travailler un peu pour nous.”

“Le travail ne m’a jamais fait peur, Mel, pas du tout. Pas du tout. Mais comment vais-je pouvoir leur donner l’argent demain ?”

“Nous allons trouver une solution. Retrouve-moi à ma voiture dans dix minutes. Je veux juste dire au revoir à Sharon et Livonda.”

Vingt minutes de route les ont trouvées dans un petit appartement de loisir à l’arrière d’une grande maison Tudor blanche. Il y avait une moto rouge maigre sous l’abri à voitures.

“C’est ici”, a dit Mélanie en coupant le moteur et en ouvrant la porte de sa voiture. “Sais-tu où tu es ?”

“Oui. Ta maison,” dit-il en riant. Il l’a suivie dans l’allée et a attendu qu’elle déverrouille la porte. Il est entré dans le salon. C’était un long rectangle qui allait jusqu’à l’extrémité du bâtiment. Les meubles semblaient un peu usés sur les bords mais confortables. Un grand homme ours avec une moustache de Fu Manchu et des lunettes à monture métallique était étendu sur le canapé. La télévision bourdonnait, le volume étant baissé.

“Raphael”, a appelé Mélanie en accrochant ses clés à un crochet près d’une horloge murale en forme de chat noir carré.

“Salut, bébé”. Il s’est assis lentement, laissant tomber ses pieds bottés sur le sol et se poussant sur ses pieds. Il s’est approché de Mélanie en souriant et a avalé son visage. Il a enroulé ses bras massifs et poilus autour de la petite femme et a attrapé son cul à deux mains.

Thierry a attendu. Il a attendu encore un peu. Il s’est demandé s’il devait partir, car le pelotage n’avait pas l’air de vouloir s’arrêter.

“Alors Raphael, tu es entré au port ?” Thierry s’est risqué à une supposition.

“Huh ?” Raphael a laissé la rousse échapper à son emprise et a porté son attention sur le type à la coupe rasoir qui se tenait dans l’embrasure de la porte.

“Il te taquine Raphael”.

“Oh. Ok.” Il s’est tourné vers Mélanie et a pointé un pouce de la taille de l’index de la plupart des hommes. “C’est le gars ?”

“Je pense que oui. Raphael. Thierry. Thierry. Raphael. Fais le gentil, Raphael chéri, ne mange pas l’invité. Je vais me glisser hors de ces vêtements et dans, eh bien, tu sais.” Elle est passée par une porte en déboutonnant sa chemise au passage.

Les deux hommes ont regardé ses fesses galbées disparaître dans le coin. Raphael a capté le regard de Thierry et a souri.

“Superbe cul. Nous aimons tous les deux les belles fesses. Ça mérite une bière.” Il s’est tourné vers le canapé et a ouvert un coffre en bois qui servait de table. À l’intérieur du coffre se trouvait une glacière Coleman pleine de Coors.

“Merci”, dit Thierry en attrapant de justesse la bouteille humide et en la retenant alors qu’elle s’arquait vers lui.

Raphael lui a fait signe de se diriger vers le canapé sur lequel il s’est plié. Le seul autre fauteuil de la pièce était un fauteuil inclinable à fleurs. Il n’était pas assorti au cuir rouge du canapé et n’était pas censé être son compagnon. Il était dans un coin tout seul à côté d’une bibliothèque débordant de livres de poche et d’un grand lampadaire. Sur le canapé se trouvaient le coffre, une télécommande et une peinture de la taille d’un canapé représentant une femme à forte poitrine sur un vélo, roulant seins nus dans une scène désertique avec des mesas en arrière-plan.

“Superbe peinture. Tu fais du vélo ?” demande Raphael.

“Belles ou vélos ?”

“Tu es un drôle de type”, dit Raphael en frappant l’épaule de Thierry. Son épaule a dit ouch mais seulement pour que Thierry puisse l’entendre. “Je pense que je vais t’aimer.”

“M’aimer est mieux que pas”, dit Thierry.

“Raphael a rugi et hué. Il a encore frappé l’épaule blessée de Thierry.

“Bien, vous vous entendez bien tous les deux”, a dit Mélanie en entrant dans la pièce.

Thierry a eu une drôle de sensation au creux de son ventre, là où tous les sentiments drôles aiment faire des blagues qui font grimacer les autres sentiments. Le sentiment drôle dans son ventre était en compétition avec un sentiment provenant d’un niveau inférieur de son anatomie.

L’odeur d’une herbe de grande classe flottait autour de la femme alors qu’elle contournait Thierry et se pelotonnait sur le canapé entre l’ours qui lorgnait et l’humain qui batifolait. La fumée, qui flottait autour d’elle, cachait davantage ses attributs féminins que les bouts de mousseline qui découvraient son corps.

Elle a souri à la réaction de Thierry. Les pattes poilues de Raphael ont entouré la taille de la femme et ont attrapé ses seins aux tétons roses. Il les a pincés. Un soupir s’est élevé d’autour du joint tordu entre les lèvres de Mélanie.

“Voici le marché, Thierry. Nous te donnerons l’argent pour ton loyer. Tu vas t’entendre avec nous.”

Thierry a regardé Mélanie. Il a regardé Raphael. Il a regardé Mélanie. Il a regardé Raphael, qui commençait à rire. Il a regardé la porte. Il a de nouveau regardé Mélanie. Il a regardé ses seins se faire malmener par le jumeau de Paul Bunyon.

“Un plan à trois et mon loyer est payé, ou pas de plan à trois et mon cul dans la rue ? Ma maman n’a pas élevé un idiot.”

“J’espère que non”, a-t-elle dit. “Le sexe avec moi n’est pas ce qui te rapporte de l’argent cependant.”

“Excuse-moi ?”

“Elle ne plaisante pas” dit l’homme montagne.

“Ça m’excite tellement de voir mon Raphael recevoir la tête et d’autres choses d’un autre gars. Le sexe avec moi est un bonus. Je paie pour le sexe avec nous deux. Et je veux dire les deux.”

Le festival de blagues dans son ventre a cessé. Son corps est devenu silencieux. Il se tenait au bord d’un précipice en parfait équilibre, attendant qu’une brise le pousse ou le mette à l’abri.

“Je ne pense pas que je puisse faire ça”, a-t-il dit.

Mélanie s’est penchée en avant, a glissé sa main entre ses jambes et a attrapé le renflement dans son pantalon. “Je pense que tu peux.”

Il a ouvert ses jambes un peu plus grand en fermant les yeux et s’est abandonné à son tripotage. Il est resté assis là pendant une bonne minute pendant que sa main le massait à travers la jambe de son pantalon. Il était enveloppé par l’odeur chaude de son corps et de la bonne herbe.

Elle a glissé plus près de lui. Sa poitrine a glissé sur la peau nue de son bras. Son souffle a caressé son oreille. Il n’avait besoin que d’un peu d’amadouement. Il n’a pas refusé. Il ne pensait simplement pas qu’elle pouvait le faire. Elle était sûre qu’il le pouvait. Sa queue était prête et avec la plupart des hommes, là où la queue mène, il suivrait.

Raphael s’est levé doucement du canapé, s’est glissé hors du salon et a traversé le couloir. Il s’est assis sur le bord du lit et a lentement défait les lacets de ses bottes.

Mélanie caressait doucement la queue de Thierry, en murmurant des bruits doux à son oreille comme si elle adoucissait un cheval non débourré.

A travers ses soupirs, il a murmuré ses doutes sur le fait qu’il ne pouvait pas faire ça. Pour chaque protestation murmurée, Mélanie affirmait doucement qu’il pouvait le faire. Son corps continuait à court-circuiter ses pensées et à les envoyer dans son aine. Il l’a sentie glisser le long de son corps, où elle a ouvert plus largement ses jambes et s’est glissée entre elles.

“Aide-moi à enlever ça, Thierry”. Ses mains ont déboutonné son pantalon et ont baissé la fermeture éclair.

Thierry a ouvert les yeux. Il a regardé dans les siens et a soulevé ses hanches du canapé. Il s’attendait à voir Raphael assis à proximité et a été surpris d’être dans la pièce seul avec Mélanie.

Elle a aidé Thierry à se débarrasser de son pantalon, le jetant dans son fauteuil. Elle s’est léché les lèvres lorsqu’elle a vu sa queue de rouquin brillante et humide jaillir de son tighty whiteys.

“Tu as une belle bite, bébé.” Pas aussi grosse que celle de Raphael, ce qui était un plus, et elle avait un arc puissant qui la faisait pointer vers son nombril.

“Content que tu l’aimes”, a-t-il dit. Il l’a agitée vers elle. “J’ai tellement froid.”

“J’ai un endroit chaud et humide pour toi, magnifique morceau de viande. Je pourrais t’avaler tout rond,” Elle a ri.

“J’espérais que tu dirais ça.”

Elle s’est agenouillée entre ses jambes, a éloigné ses mains de sa queue et l’a prise dans sa main. Elle a effleuré la tête avec sa lèvre et l’a goûté, souriant quand elle l’a entendu gémir. Elle l’a repoussé contre son ventre et a passé sa langue de ses couilles au poil duveteux jusqu’à la fente au sommet, puis a mordu son nombril.

“S’il te plaît.”

Elle a fait tournoyer sa langue autour de la tête, léchant la bonté transparente qui l’enrobait. Elle a fait courir ses ongles de haut en bas sur sa longueur puis l’a saisi fermement. Sa bouche était humide et prête. Elle a aspiré la tête dans sa bouche et l’a fait jouer avec sa langue fébrile. Sans prévenir, elle a enfoui son nez profondément dans ses poils pubiens élastiques, serrant la tête dans sa gorge. Tout en faisant rouler ses couilles dans son autre main.

Thierry a eu des convulsions. Il s’est frappé la poitrine pour ne pas trop se secouer et détruire les sensations qui surchargeaient son cerveau.

“Tu as aimé ça ?”, a-t-elle demandé en lui souriant, tout en le caressant. Elle s’est levée, s’accrochant à sa queue elle l’a tiré à ses pieds. “Viens sur le lit”.

Thierry a suivi la traction insistante sur sa queue dans une brume sexuelle. Une partie de son cerveau l’incitait à courir, à partir maintenant, mais une plus grande partie de son cerveau battait le dissident et l’enchaînait à la paroi de son crâne. Mélanie l’a conduit jusqu’à l’entrée de la chambre. L’odeur de vanille teintée de cannelle est sortie de la pièce et l’a enveloppé.

Raphael s’est assis appuyé sur plusieurs oreillers en regardant le seuil de la porte tout en jouant avec sa viande. Écouter les sons provenant du salon le faisait bander et il n’était jamais du genre à gaspiller un boisé.

Mélanie a conduit l’homme dans son boudoir par sa queue. Il a hésité à la porte mais elle l’a serré plus fort alors qu’elle le conduisait fermement dans la pièce. Elle a regardé l’émotion, les doutes et l’hésitation jouer sur le visage de Thierry.

“Nous y voilà Toddy”, a-t-elle dit. “Nous allons tellement nous amuser ensemble. Regarde-le, Raphael, il est si dur. N’est-il pas tout simplement délicieux ?”

“Je ne sais pas encore, bébé. Je ne l’ai pas encore goûté.” Raphael a souri à Thierry. C’était un beau garçon, pensait Raphael. Il n’était pas très grand mais il était puissamment bâti avec des bras et des cuisses solides. Lorsque Mélanie a lâché sa queue, elle s’est arquée en arrière pour rebondir contre son nombril. Elle était joliment formée avec une épaisse plaque de poils noirs.

Mélanie a laissé Thierry au milieu de la pièce et s’est assise au pied de l’énorme lit. Elle a fait signe à Raphael de venir se placer devant elle. “Thierry, viens ici, mon chéri, mets-toi devant moi”.

Raphael s’est tenu à côté de Thierry, leurs bites s’agitant dans l’air devant Mélanie. Il pouvait voir que Thierry était plus que mal à l’aise mais il avait confiance en la décision de Mélanie concernant ce type.

Mélanie a tendu la main et a pris les deux séries de boules qui se balançaient dans ses deux mains. Elle les a fait rouler dans ses mains en soupirant alors qu’elle jouait avec elles.

“Rapprochez-vous les uns des autres. C’est ça. Thierry, mets ton bras autour de la taille de Raphael.” Elle a fait glisser son doigt sur la tête de la bite de Thierry, “maintenant, bébé, pas demain”.

Thierry a envoyé sa main autour de la taille de l’homme, fermant les yeux alors que la main de Mélanie le récompensait en caressant le dessous de sa bite. Il est resté immobile lorsqu’il a senti le bras massif de Raphael passer sur ses épaules.

Mélanie s’est penchée en avant, a entouré les deux bites, une dans chaque main puis a avalé la tête de la bite de Thierry. Elle voulait sourire aux sons de choc et de plaisir qui s’échappaient des lèvres de Thierry pendant qu’elle le travaillait avec sa langue.

“Oh mec, c’est un beau spectacle”, a dit Raphael. Lentement, il a pompé sa queue dans et hors de la main de Mel en la regardant avaler Thierry. Il a ressenti tous les frissons à travers leur connexion. Ils se tenaient côte à côte, hanche contre hanche, un bras autour de l’autre.

Mélanie s’est retirée de Thierry et a plongé sur la queue de Raphael, le prenant profondément dans sa gorge. Elle l’a senti sauter mais l’a maintenu fermement dans sa bouche jusqu’à ce qu’elle ait besoin de respirer. Elle a serré leurs bites et les a pincées, les pompant avec force. Elle s’est arrêtée. En regardant dans leurs yeux baissés, elle a souri et s’est penchée en arrière sur le lit.

“Comment c’était ?

Les mots sont sortis de la bouche des hommes en un torrent. Les louanges pleuvaient sur elle comme une cascade. Elle adorait ça.

“Tenez vos bites ensemble.” Elle a attendu pendant qu’ils essayaient de coincer leur dureté l’un dans l’autre. Elle a pris la main de Thierry et lui a fait tenir les deux bites ensemble. Plus tôt elle l’habituera à toucher Raphael sexuellement, mieux ce sera, pensa-t-elle.

Elle a roulé ses doigts dans leur humidité combinée et a glissé ses mains entre leurs jambes. Elle s’est approchée et a caressé leurs trous de cul avec ses doigts humides tout en léchant leurs têtes fusionnées. Tout en léchant et en suçant leurs bites, elle a fait pénétrer ses majeurs dans leurs culs. Thierry l’a surprise en essayant de faire pénétrer son doigt plus profondément en lui.

C’était comme si elle avait appuyé sur un interrupteur en lui quand elle a enfoncé son doigt dans son cul. Thierry a fait un bond en avant puis a attendu que la sensation passe d’une intrusion à une caresse désirée. Son thermostat sexuel a monté de plusieurs crans, faisant fondre un mur d’hésitation. Il a senti le souffle de Raphael avant de sentir ses lèvres et sa langue jouer sur la coquille de son oreille.

“Ouf”, dit Mélanie en se dégageant des hommes. “A mon tour. Raphael, mets-toi sur le dos, bébé. Je veux monter ta moustache.”

“Yeee ha.” Raphael a sauté sur le lit et a roulé sur le dos. Il a attendu que Mélanie installe sa chatte trempée sur son visage. Ses genoux étaient de chaque côté de sa tête alors qu’elle faisait face à Thierry.

“Viens, Toddy. Ne sois pas timide.” Elle a tapoté un endroit entre les jambes de Raphael.

Thierry a grimpé sur le lit. Il s’est agenouillé entre ses jambes de mammouth et a essayé d’embrasser Mélanie.

“Pas moi, mon chéri. Ceci,” elle a agité la bite de Raphael en l’air. “Mmmm c’est ça Raphael bébé baise-moi avec cette grosse vieille langue. Juste ici Thierry. Embrasse ça.”

Il a senti l’autre main de Mélanie derrière son cou, guidant sa tête vers la bite de Raphael. Ses lèvres ont effleuré la pointe douce. Il a léché ses lèvres. Puis il a sauté pour effleurer la tête.

“Oui, oh oui, c’est ça”, a crié Mélanie. “Suce-le, prends-le dans ta bouche”.

Thierry a léché autour de la fente. Il a goûté une gouttelette claire qui a roulé le long de la fente du gland. Il ouvrit la bouche et avala la tête, enroulant ses lèvres autour.

“Oh mon Dieu”, gémit-elle. Elle a essayé de noyer Raphael pendant qu’elle jouissait, pressant encore plus la tête de Thierry sur la queue de Raphael. “Oh oui”.

Thierry s’est étouffé mais a continué à sucer la queue de l’homme. Sa langue a volé sur la tête alors qu’il la tenait dans sa main. Il a donné de gros coups de poing au gars, l’incitant à se lâcher avec ce qu’il avait. Thierry s’est abandonné à la sensation et au goût de la queue de l’homme.

Mélanie a saisi les cheveux de Thierry et l’a retiré de la queue de Raphael, au grand choc des deux hommes. “Non, pas encore”.

“Quoi !”

“Je veux que l’un de vous baise l’autre dans le cul”, râle-t-elle.

“Absolument pas”, dit Thierry. “Mon cul n’est qu’une sortie.”

“Je vais le faire.” dit Raphael. “Il ne pourrait probablement pas me prendre de toute façon.”

“Oh mon dieu, bébé, vraiment”, Mélanie a sauté du lit et a attrapé un flacon pompe de lubrifiant. Elle a pompé un peu de la gelée ressemblant à du sperme sur sa main et a tendu la main entre les jambes de Raphael.

“Je n’ai jamais dit que je le baiserais dans le cul” dit Thierry.

“Pense à une boîte en carton sans climatisation, hun” dit-elle. Elle a pompé un peu de lubrifiant sur la queue de Thierry et l’a trait durement pendant qu’elle l’étalait sur sa peau.

“Mets-toi à genoux, mec”, a dit Thierry.

Mélanie a guidé la bite de Thierry vers le postérieur poilu de Raphael. “Ouvre-le”, dit-elle.

Thierry a écarté les muscles durs du cul de Raphael et a vu le trou bien lubrifié dans lequel les doigts de Mélanie étaient déjà entrés. Malgré ses protestations, il était plus excité qu’il ne l’avait jamais été dans sa vie. De nouvelles voies d’extase s’ouvraient pour lui à chaque instant.

Elle a pressé la tête gonflée de la bite de Thierry contre la fente étroite du cul de son amant. Plus fort. Plus fort. Elle a regardé le cul de Raphael commencer à avaler la viande dure qu’elle pressait en lui. Elle a gémi avec Raphael comme si c’était son propre cul qui était pénétré. Lorsque toute la tête était à l’intérieur, elle a lâché Thierry et a tendu la main derrière lui. Elle a posé sa main sur son cul en sueur et l’a poussé plus loin à l’intérieur.

Raphael a gémi, la tête basse, les yeux fermés, en essayant de détendre son sphincter. Il n’a pas fallu longtemps pour qu’il ressente les poussées lentes et profondes moins comme une intrusion et plus comme une sensation de plénitude bienvenue. Il s’est senti bizarrement vulnérable et docile, pensant que cela devait ressembler à ce que certaines femmes ressentaient. Mais pas Mélanie. Elle ne cédait jamais. Il a commencé à se balancer en arrière pour répondre à la poussée de la bite de Thierry qui arrivait.

“C’est ça, bébé”, gémit Mélanie. “Baise cette bite dure. Baise-la pour moi, bébé. Elle a giflé le cul de Thierry qui se balançait. “Oh mon dieu oui. J’adore ça. Vous êtes si chauds.” Elle s’est agenouillée derrière Thierry. Pressant son corps contre son dos, ses hanches contre son cul, elle a poussé en même temps que Thierry. Elle baisait Raphael avec la bite boomerang de Thierry.

Thierry a senti la chaleur et la sueur du corps de Mélanie se fondre dans le sien. Il pouvait sentir le besoin croissant de tirer dans le cul de ce géant et il a commencé à pousser plus fort et plus vite, poussé par les mouvements de Mélanie.

Mélanie a glissé ses doigts lubrifiés entre les joues tendues de Thierry et s’est enfoncée dans son cul. Un doigt suivait rapidement l’autre. Elle a jeté une jambe sur l’arrière de la cuisse de Thierry et a frotté sa chatte humide le long de sa cuisse. Elle a explosé.

Le trou du cul de Thierry a serré les doigts de Mélanie et le sperme a brûlé de ses couilles, a traversé sa tige et a giclé dans le cul serré et glissant de Raphael. Il s’est perdu. Il avait l’impression de flotter quelque part au-dessus du trio qui gémissait et criait.

Raphael a tendu la main entre ses jambes, a attrapé sa queue monstrueuse et l’a caressée pour tout ce qu’elle valait. Il pouvait sentir le sperme de Thierry brûler son chemin dans son cul. Il avait besoin de jouir. Il pouvait sentir chaque coup de la queue de Thierry qui tirait une charge, puis une autre. Son cri est sorti tout droit de ses couilles alors qu’il sentait son sperme chaud couler sur son poing et pleuvoir sur le drap emmêlé de leur lit.

Mélanie s’est réveillée dans un enchevêtrement de bras et de jambes. Elle s’est extraite du tas de chair d’homme entassé sur son lit en une pile endormie. Elle a décidé qu’elle allait avoir ça tout le temps. Elle a quitté la chambre, a tiré la porte en la fermant avec la poignée tournée et a laissé le loquet glisser en place.

Les hommes l’ont trouvée assise dans son fauteuil en train de faire du crochet.

“Bonjour mes chauds mansluts”, a-t-elle dit. “Assieds-toi.” Elle a souri en les voyant s’asseoir plus près les uns des autres qu’ils ne l’avaient fait la veille. “J’ai décidé ce matin que la meilleure chose à faire est de te faire emménager avec nous Thierry. Comme ça, nous aurons trois revenus qui arriveront et nous pourrons nous amuser autant que nous l’avons fait hier soir. Espérons que la nuit dernière n’était qu’une mise en bouche.”

Un lent sourire a brûlé le visage de Raphael. “Laisse-toi faire, Mel.”

Pour une fois, Thierry n’a même pas hésité. Il n’avait jamais rien ressenti d’aussi puissant que la nuit dernière. Tout s’est mis en place dans son esprit d’un seul coup. C’était la réponse à ses problèmes d’argent. Plus qu’un sentiment de liberté financière, il y avait des murs à l’intérieur de lui qui étaient tombés et il voyait de vastes territoires inexplorés s’ouvrir à l’intérieur de lui.

“Je suis partant”, a dit Thierry.

Préférence de la coquine : sodomie et footjob
Endroit de préférence pour le sexe : dans un lit
Je suis connectée au tchat webcam presque tous les soirs si vous voulez plus de précisions.